Désinformations sur l'islamImiter le prophète

Le mariage de Mohammed et Aicha : pour en finir avec le débat

Il est impossible de nos jours de rechercher des informations sur l’islam sans être bombardé par des avertissements sur les «dangers» de la religion. Qu’il s’agisse de savoir comment l’islam promeut le terrorisme ou comment une population minoritaire cherche à dominer le monde en trompant les gens par le biais de la viande halal et du kebab, les faux experts du monde entier n’épargnent aucun effort pour diaboliser une foi couvrant 14 siècles et environ 1,6 milliard d’adeptes. Cependant, le moyen le plus simple de le faire est de faire appel aux instincts protecteurs des parents du monde entier en présentant le mariage du prophète Mohammed avec Aïcha et les sources islamiques détaillant l’âge de la plus jeune épouse du prophète Mohammed sws le jour de leur mariage:

Notre mère Aïcha, Radhia Allahou Anha, elle-même, lorsqu’elle dit : « Le Prophète sws m’a épousé  alors que j’avais six ans et a consommé le mariage quand j’avais neuf ans. » 

Boukhari et Mouslim

Cette narration a suscité à la fois l’indignation et le doute sur l’intégrité morale de la foi islamique. Comment un homme adulte – déclaré exemple moral parmi ses disciples – pourrait-il épouser un enfant?
Cependant, cette critique est basée sur un raisonnement fallacieux. Car si de telles réactions semblent valables dans le contexte de nos expériences occidentales du XXIe siècle, elles n’ont guère de sens quand on discute de la situation des personnes qui ont vécu il y a plus d’un millénaire.

Le plus souvent, les réalités historiques demandent du temps et des efforts à comprendre. C’est particulièrement le cas lorsque nous permettons à de fausses idées de devenir un sentiment populaire, ce qui nous oblige à parcourir des préjugés préexistants. Cette lutte est devenue la loi de Brandolini, du nom d’Alberto Brandolini, un programmeur informatique italien qui a inventé la désormais célèbre maxime: «La quantité d’énergie nécessaire pour réfuter une idiotie est d’un ordre de grandeur plus grand que celle nécessaire pour la produire. »

Cet article met l’énergie nécessaire pour réfuter l’idiotie et élucide la nature illusoire des accusations de la prétendue immoralité du Prophète ainsi que la façon dont l’islam nous apprend à adapter le message du Coran à des circonstances changeantes.

Pourquoi l’accusation : « Mahomet a épousé un enfant » n’existait pas auparavant

Depuis l’aube de l’islam, les détracteurs n’ont épargné aucun effort pour attaquer le message du coran, comme Allah nous avait prévenus :

Le Coran Sourate 3-La famille d'Imran (Al-Imran) Verset 186 :
        
Certes vous serez éprouvés dans vos biens et vos personnes; et certes vous entendrez de la part de ceux à qui le Livre a été donné avant vous, et de la part des Associateurs, beaucoup de propos désagréables. Mais si vous êtes endurants et pieux… voilà bien la meilleure résolution à prendre.
۞ لَتُبْلَوُنَّ فِي أَمْوَالِكُمْ وَأَنفُسِكُمْ وَلَتَسْمَعُنَّ مِنَ الَّذِينَ أُوتُوا الْكِتَابَ مِن قَبْلِكُمْ وَمِنَ الَّذِينَ أَشْرَكُوا أَذًى كَثِيرًا ۚ وَإِن تَصْبِرُوا وَتَتَّقُوا فَإِنَّ ذَٰلِكَ مِنْ عَزْمِ الْأُمُورِ

Tous les coups étaient permis, des polythéistes de la Mecque qui traitaient le prophète de sorcier aux églises du Moyen Âge qui ont inventé le mythe des arabes polythéistes adorant une pierre dans le désert, toutefois aucun d’entre eux n’a utilisé le mariage du prophète avec Aicha, pourquoi ? parce que le mariage a un âge précoce ne représentait pas une anomalie chez nos ancêtres, voici donc quelques exemples de mariage précoce qui prouvent que cette pratique était courante :

Marie la mère de Jésus

Il est etrange de voir comment certains évangelistes calomnient le mariage du Prophète Muhammed (psl) avec Aisha même si, selon leurs critères, elle était considérée comme une adulte. Mais ils ne remettent jamais en question le mariage de Joseph avec Marie , L’Encyclopédie catholique dit que Marie, Mère de Jésus, avait 12 ans (et que Joseph en avait 90) lors de leur mariage :

Un an après la mort de sa femme, alors que les prêtres annonçaient à travers la Judée qu’ils souhaitaient trouver dans la tribu de Juda un homme respectable pour épouser Marie, alors âgée de douze à quatorze ans. Joseph, alors âgé de quatre-vingt-dix ans, monta à Jérusalem parmi les candidats

catholic encyclopedia( Joseph)

L’age de mariage chez l’église

Historiquement, au sein de l’Église catholique, avant le Code de droit canonique de 1917, l’âge minimum pour les fiançailles solubles (sponsalia de futuro) était de sept ans chez les contractés. L’âge minimum pour un mariage valide était la puberté, ou nominalement 14 ans pour les hommes et 12 ans pour les femmes. Le Code de droit canonique de 1917 a relevé l’âge minimum d’un mariage valide à 16 ans pour les hommes et à 14 ans pour les femmes. Le Code de droit canonique de 1983 a maintenu l’âge minimum d’un mariage valide à 16 ans pour les hommes et 14 ans pour les femmes ( Code de droit canonique: nouvelle traduction anglaise. IntraText. Washington, D.C .: Canon Law Society of America. ISBN 978-0-943616-79-7)

Le mariage précoce était une pratique courante
Mariage en 1697 de Marie Adélaïde de Savoie, 12 ans avec Louis, héritier présumé de France âgé de 15 ans. Le mariage crée une alliance politique.

L’age de mariage dans le talmud

Selon le talmud , la femme peut se marier dés l’age de 12 ans et peut se fiancer bien avant 12 ans :

l’âge minimum du mariage selon la loi juive est de 13 ans pour les garçons, 12 ans pour les filles; cependant, les kiddushin [fiançailles] peuvent avoir lieu avant cela, et l’on a souvent fait cela à l’époque médiévale.

Judaism 101 https://www.jewfaq.org/marriage.htm

l’âge de douze ans approche le début de la puberté. selon la loi juive, le mariage à cet âge n’est pas seulement autorisé, mais il est plutôt activement encouragé et les pères sont invités à marier rapidement leurs filles pubères.

Âge de mariage en Irelande

Jusqu’en 1972, date à laquelle une loi a été adoptée interdisant aux hommes et aux femmes de se marier avant l’âge de 16 ans, les femmes irlandaises pouvaient légalement se marier à 12 ans et les hommes à 14 ans.
Alors que la plupart des femmes se marient vers l’âge de 20 ans, les épouses d’avant la famine sont souvent plus jeunes. ( Les coutumes Irelandaises)

Autres exemples de mariages a jeune âge dans le passé

Les mariages a jeune âge était de coutume dans le passé, il arrivait que certaines filles soient promises a l’age de 6 ans et le mariage n’est consommé que lorsque la fille atteint sa puberté :

  • En 385, Saint Augustin met fin à sa relation avec son amante pour se préparer à épouser une héritière de dix ans. (Il a dû attendre deux ans parce que l’âge légal du mariage pour les femmes était de douze ans.) Au moment où il a pu l’épouser, il avait décidé de devenir prêtre catholique et le mariage n’a pas eu lieu.
  • Isabelle de France (1389-1409), fille aînée du roi Charles VI, avait à peine sept ans lorsqu’elle épousa Richard II comme seconde épouse en 1396. Au Moyen Âge, les mariages princiers et aristocratiques étaient souvent contractés au nom de jeunes enfants pour des raisons de diplomatie ou pour d’autres avantages matériels. Le droit canonique, cependant, a décrété que de tels mariages ne devraient pas être consommés avant que les deux parties soient majeures, au moins douze pour une fille et quatorze pour un garçon.
  • Urraca (avril 1079 – 8 mars 1126) appelée la téméraire (la Temeraria), était reine de León, de Castille et de Galice de 1109 jusqu’à sa mort. Urraca, âgé de huit ans, fut mariée à Raymond de Bourgogne Sa grossesse et sa mortinaissance à 14 ans suggèrent que le mariage a effectivement été consommé quand elle avait 12 ou 13 ans.
  • Darejan Dadiani (12 ans) était marié à Héraclius II de Géorgie (30 ans) en 1750.
  • Tokugawa Masako (12/13 ans) était mariée au futur empereur Go-Mizunoo (23/24 ans) en 1620.
  • Mathilde d’Angleterre (environ 12 ans), fille d’Henri Ier d’Angleterre, était mariée à Henry V, empereur du Saint-Empire romain germanique (âgé d’environ 28 ans), en 1114. Ils avaient été officiellement fiancés quatre ans auparavant, en 1110, lorsque Mathilde avait huit ans; et quelques mois après les fiançailles, Mathilde fut couronnée reine des Romains.
  • Isabelle de Hainaut (10 ans) a épousé Philippe II de France (14 ans) en 1180. Elle avait déjà été fiancée à Henri, futur comte de Champagne, alors qu’il avait 5 ans et qu’elle n’en avait que 1.
  • Marie de Ponthieu (9 ans), a été mariée à Simon de Dammartin (27/28 ans) en 1208.
  • Mathilde de Brabant (environ 12 ans) était mariée à Henri VI, comte palatin du Rhin (environ 16 ans), en 1212.
  • Violant d’Aragon (12 ans) a été mariée à Alfonso X de Castille (27 ans) en janvier 1249.
  • Catherine de Valois-Courtenay (10 ans) a épousé Philippe Ier, prince de Tarente (34 ans), en juillet 1313.

L’age de mariage dans nos sociétés occidentales

Pour que l’âge d’Aisha au mariage soit controversé, il doit y avoir un âge approprié du mariage sans controverse dans notre société. Pour que nous puissions juger si l’âge d’une personne au mariage est controversé, nous devons disposer d’un cadre moral clair pour juger, mais ce n’est pas le cas. Aux États-Unis, l’âge légal du mariage sans consentement parental ou autorisation judiciaire est de 18 ans dans tous les États. Mais l’âge auquel on peut se marier avec le consentement des parents est aussi jeune que 14 ans en Alaska. D’autres États – comme la Californie, le Colorado et l’Idaho – n’ont aucune limite d’âge; tant que le couple reçoit le consentement des parents ou d’un juge, ils pourraient théoriquement se marier à tout âge

Étant donné que l’âge au premier mariage et l’âge à la première expérience sexuelle ne coïncident pas dans notre société, il est également utile de regarder l’âge moyen de la première expérience sexuelle. L’âge de la première expérience sexuelle est souvent de quelques années avant l’âge du premier mariage. Dans une étude menée auprès de 72137 étudiants, âgés de 17 ans et moins, environ 50% des étudiants ont déclaré ne pas encore avoir de relations sexuelles, un peu plus de 25% ont déclaré avoir eu leur première expérience sexuelle entre 13 et 15 ans et un peu plus de 10% ont déclaré avoir eu leur première expérience sexuelle entre 11 et 13 ans.

Etude menée auprès de 72137 étudiants sur l'age du premier rapport sexuel
Etude menée auprès de 72137 étudiants sur l’age du premier rapport sexuel

Ce qui est considéré comme l’âge approprié pour le mariage (et la première expérience sexuelle) varie considérablement dans notre société. L’âge légal du mariage, l’âge moyen du premier mariage et l’âge de la première expérience sexuelle varient tous entre 11 ans et 30 ans. En ce qui concerne l’âge auquel on devrait ou peut se marier ou avoir des relations sexuelles, nous (dans la société occidentale) n’avons pas de fondement moral clair sur lequel juger. Et nous n’avons pas une opinion claire sur la question ni même une loi claire légiférant sur l’âge du mariage. Nos opinions et lois varient d’un État à l’autre et de temps à autre.
Cela étant, comment pouvons-nous juger l’âge d’Aïcha au mariage comme bon, moralement sain, acceptable ou non? Et comment pouvons-nous, en tant que musulmans, permettre à une société avec des opinions aussi variées sur cette question de juger le mariage de notre prophète alors qu’elle peut à peine juger par elle-même?
Il convient également de noter que, bien que le mariage du prophète soit examiné de près par les critiques occidentaux, il aurait pu légalement épouser ‘Aisha – ayant le soutien total de sa famille – même en Amérique (rappelez-vous que dans de nombreux États, il n’y a pas de limite d’âge pour le mariage. ; seul le soutien parental et / ou judiciaire est nécessaire).

L’age de Aicha dans la société d’Arabie au 7ᵉ siècle

Restitution de la chambre du prophète Mohammed sws et de Aicha
Restitution de la chambre du prophète Mohammed sws

Aicha était déjà fiancée avant le prophète

Avant le mariage du prophète Mohammed avec Aïcha cette dernière était déjà fiancé à Mutʿim ibn ʿAdiyy, qui n’était pas musulman. Ainsi, Abū Bakr s’est rendu chez ʿAdiyy et a constaté que la famille craignait que ʿĀʾisha convertisse leur fils à l’islam et a donc mis fin aux fiançailles. En conséquence, le Prophète ﷺ épousa ʿĀʾisha

Cela nous permet de conclure que lorsque «Aisha a épousé le prophète», elle était suffisamment mûre pour se marier en général. Ainsi l’âge auquel «Aïcha a épousé le prophète» était considéré comme culturellement approprié. Si le prophète n’avait pas épousé Aisha, elle aurait été mariée à quelqu’un d’autre dans un laps de temps similaire.

Le mariage du prophète Mohammed avec Aïcha n’a été consommé que lorsque Aicha avait atteint sa puberté

Pour ceux qui considèrent aicha comme une enfant, on leur dit : « aicha avait atteint sa puberté, et Dieu dit qu’une personne est capable de raisonner et de prendre la décision dés qu’elle a atteint sa puberté, la preuve : « les actes commis sont comptés dés que l’enfant a atteint sa puberté « ,ce n’était donc pas une enfant .

Le fait qu’elle avait neuf ans lorsqu’elle a atteint la puberté ne devrait pas être surprenant, surtout compte tenu des études récentes qui ont montré que le début de la puberté a considérablement fluctué au cours de l’histoire. Par exemple, alors qu’il aurait été normal pour une jeune fille de commencer la puberté vers l’âge de 14 ans pendant la révolution industrielle occidentale (18e-19e siècle), au 21e siècle, certaines filles commencent la puberté dès six ans:

Le déclin de l’âge menstruel a ralenti depuis le milieu du XXe siècle dans les pays développés, mais le début de la puberté, marqué chez les filles par les premiers signes de développement des poils pubiens et des seins, a continué à venir plus tôt. Par conséquent, la puberté commence maintenant plus tôt et dure plus longtemps. Il commence généralement à l’âge de 9 ou 10 ans, mais parfois dès 6 ou 7 ans.

Nature https://www.nature.com/articles/550S10a, Early starters , octobre 2017
Variation de l'age de puberté sur les 2 derniers siècles
Variation de l’age de puberté sur les 2 derniers siècles

La question est donc de savoir si les femmes de la péninsule arabique ont atteint la puberté à l’âge de neuf ans. Comme mentionné précédemment, ʿĀʾisha a dit: «Si une fille (jāriya) atteignait la puberté à l’âge de neuf ans, alors elle est une femme.» [Tirmidhī, Sunan] De plus, Imām Shāfiʿī a dit: «J’ai vu beaucoup de femmes Le Yémen à l’âge de neuf ans atteignant l’âge de la puberté. »[Dhahabī, Siyar] Il a également dit:« J’ai vu en Ṣan’ā ‘une grand-mère qui était une fille de vingt et un ans. Sa fille a atteint la puberté à l’âge de neuf ans et a accouché à dix ans. La fille de cette fille a également atteint la puberté à l’âge de neuf ans et a accouché à l’âge de dix ans. [Bayhaqī, al-Sunan al-Kubrā]Il devient clair qu’il existe de nombreux cas de filles atteignant la puberté à l’âge de neuf ans, certaines ayant même accouché à l’âge de dix ans dans la péninsule arabique.

Comprendre L’age de mariage entre nous et nos ancêtres

Comprendre L'age de mariage entre nous et nos ancêtres

Nos ancêtres « Barbares » et l’interprétation fallacieuse du passé

Il est beaucoup plus facile de condamner les nomades du désert du 7ème siècle comme des «barbares» que de comprendre que nos jugements moraux sont autant fonction de notre environnement que les jugements de nos ancêtres.
Réaliser cela signifie reconnaître combien de fois nous succombons à une forme fallacieuse de raisonnement connue sous le nom de présentisme – une interprétation anachronique erronée de l’histoire basée sur des circonstances actuelles qui n’existaient pas dans le passé. C’est une erreur très courante commise par les historiens.

De même, lorsque nous examinons les preuves scientifiques concernant le développement humain, la maturité et le mariage dans le passé, ce que nous trouvons est un contexte qui non seulement dissipe l’indignation morale concernant le mariage entre le prophète Muhammad ﷺ et Aisha, mais nous permet également d’apprécier nos ancêtres pour leurs luttes; car sans eux, nous n’aurions pas cette discussion aujourd’hui.

La plupart des hommes se seraient mariés suffisamment tard pour que nous ne les considérions plus comme des enfants, mais beaucoup de femmes (en particulier en Babylonie) se sont mariées si jeunes qu’aujourd’hui nous les considérerions comme des filles et non des femmes. L’objectif de maximisation de la fécondité en particulier doit avoir abaissé l’âge au premier mariage et le prix de cet objectif est la fin précoce, pourrait-on dire prématurée, de la petite enfance. Pour de nombreuses filles, l’adolescence n’était pas une période de divertissement, d’éducation, d’expérimentation ou de formation professionnelle, mais plutôt une période où l’on était déjà censé assumer toutes les responsabilités d’une femme mûre, en tant qu’épouse et mère.

Amram Tropper, “Children and Childhood in Light of the Demographics of the Jewish Family in Late Antiquity,” Journal for the Study of Judaism in the Persian, Hellenistic, and Roman Period, 37:3 (2006), p. 332.

Nos ancêtres n’étaient ni pédophiles ni barbares

Ceux qui croient que nous sommes moralement supérieurs à nos ancêtres attribuent cette dissemblance à l’ignorance des sociétés historiques quant à la maturité physique et psychosociale ou aux intentions néfastes d’abuser et de profiter des enfants. Cependant, c’est une accusation sans fondement que la plupart de nos ancêtres ne savaient pas comment s’occuper de leurs propres enfants, n’étaient pas préoccupés par le bien-être de leurs enfants, avaient de mauvaises intentions ou souffraient d’un trouble mental mondial (c.-à-d. Pédophilie). ) – cette accusation est facilement contredite par des preuves scientifiques et historiques. S’il nous semble impossible qu’un enfant de neuf ans puisse être capable de faire autre chose que d’aller à l’école et de jouer, ce n’est que parce que nous supposons à tort que la situation et les capacités des enfants sont restées statiques tout au long de l’histoire.
Par exemple, aujourd’hui, nous nous attendons à ce que nos enfants passent plusieurs années d’enseignement primaire et secondaire et au moins quatre ans d’université pour leur offrir des opportunités économiques et sociales. Et c’est une attente parfaitement rationnelle, étant donné une espérance de vie mondiale moyenne de plus de 70 ans et les complexités croissantes du monde global.

Cependant, de telles conditions n’existaient pas il y a 1400 ans. Alors que les gens dans le passé atteignaient parfois un âge plus avancé, ce n’était pas la norme. Par exemple, l’espérance de vie moyenne d’un citoyen romain de la classe ouvrière à la fin de l’Antiquité était d’environ 35 à 40 ans – s’ils vivaient après l’enfance.
La moitié féminine de la société n’a pas eu la tâche plus facile. L’espérance de vie moyenne des femmes se situait entre 34,5 et 37,5 ans si elles réussissaient à vivre après la petite enfance. En raison des taux élevés de mortalité infantile, les femmes ont dû subir de 5 à 7 grossesses à terme juste pour maintenir la stabilité de la population. Ajoutez à cela une mortalité maternelle élevée lors de l’accouchement – due à une carence en fer résultant d’une combinaison de grossesses continues et d’une mauvaise alimentation – et vous avez une situation extrêmement fragile. Compte tenu de ces taux de mortalité élevés, il était logique de commencer à procréer le plus tôt possible.

Une grande partie de la tension dans l’investigation de l’âge dans le passé provient de l’hypothèse que nous pouvons lier l’âge «biologique» à l’âge «social»… Aussi, contrairement aux normes modernes Société occidentale où l’âge social est étroitement lié à l’âge chronologique, dans de nombreuses sociétés «traditionnelles», les étapes de maturation sont reconnues dans la définition de l’âge … Ces étapes prennent en compte non seulement l’âge chronologique mais aussi les compétences, la personnalité et les capacités du individu.

Siân Halcrow and Nancy Tayles, “The Bioarchaeological Investigation of Childhood and Social Age: Problems and Prospects,” Journal of Archaeological Method and Theory, 15:2 (2008), p. 203.

Un voyage dans le passé

Pour rendre ce point plus convaincant, il suffit de tenter une expérience de pensée. Imaginons que nous ayons une machine à remonter le temps (comme dans le film Retour vers le futur).

Avec une compréhension de la morale fermement ancrée dans le présentisme, vous supposez que tout ce que vous avez à faire est d’appliquer les lois contemporaines au passé afin de résoudre tous les problèmes de nos ancêtres et d’améliorer l’avenir. Avec cette intention juste à l’esprit, vous entrez dans votre machine et retournez 1400 ans en arrière dans la péninsule arabique.

Après votre arrivée, vous parvenez à convaincre les indigènes de votre supériorité morale alors qu’ils s’émerveillent de vos pouvoirs de traverser le temps et l’espace. En conséquence, ces simples habitants du désert font de vous leur chef et adoptent vos lois, attendant patiemment jusqu’à l’âge de 18 ans pour être considérés comme des adultes (travailler, utiliser les transports, se marier, élever une famille, faire la guerre et affronter d’autres grands responsabilités). Tout commence bien dans votre utopie nouvellement formée de conscience morale accrue. Cependant, au fil des années, vous remarquez que votre population nouvellement éclairée a commencé à diminuer à un rythme extrêmement rapide. Intrigué par cela, vous enquêtez.
Ce que vous trouvez est étonnant: non seulement l’âge moyen au décès est resté intact, mais aussi tous les autres pièges de la fin de l’Antiquité. Contrairement aux anciennes lois et coutumes des autochtones – lorsque la puberté était la marque de l’âge adulte – vous avez maintenant des «enfants» d’âge moyen qui ne font que consommer les ressources durement gagnées de leurs aînés et ne rendent rien à la société. Non seulement cela, mais vous avez forcé ces jeunes à se retrouver dans une situation où il ne leur reste plus que 17 ans en moyenne pour se marier et élever une famille – la plupart mourant inévitablement avant que leurs propres enfants n’aient atteint la majorité légale.
Cela conduit ensuite à un ratio disproportionné de mineurs par rapport aux adultes, laissant les générations futures entre les mains d’individus juridiquement incapables d’accomplir des tâches sociétales de base. En résumé, le résultat ultime de votre expérience sociale serait une civilisation paralysée par ses propres lois et une population vouée à s’éteindre par des causes naturelles ou par une prise de contrôle hostile de tribus voisines qui avaient le sens de recruter leurs membres masculins à des âges plus anciens.
Vous pouvez comprendre à ce stade que les structures judiciaires et culturelles du passé n’étaient pas nécessairement le problème, mais plutôt les conditions dans lesquelles ces coutumes se manifestaient. Cependant, il est trop tard – votre prétention à la supériorité morale a détruit une société autrefois florissante et tout le cours de l’histoire a été modifié en conséquence. Les générations futures ont cessé d’exister et vous avez peut-être même mis votre propre existence en danger.


Aicha, la femme derrière le nombre

Calligraphie arabe avec le nom de Aicha : "Aicha fille d'Abu Bakr , qu'allah soit satisfait d'elle"
Calligraphie arabe avec le nom de Aicha : « Aicha fille d’Abu Bakr , qu’allah soit satisfait d’elle »

Décrire «Aisha (ra) comme un enfant est censé dépeindre le Prophète» sous un certain jour. Une lumière qui tente d’intégrer ‘Aisha (ra) dans un récit plus large des femmes musulmanes comme «dociles, soumises et opprimées» et des hommes musulmans comme «oppressifs, abusifs et injustes».


Un récit à la fois malveillant et malhonnête. La controverse autour de son âge nous empêche de discuter de son héritage et de sa contribution à l’islam, de sa vie et de son mariage avec le prophète ﷺ, de ses connaissances et de sa sagesse. «Aisha est bien plus que« l’enfant-épouse », les ennemis de notre bien-aimé Prophète, que la paix soit sur lui, essayent de la peindre ainsi . Pourtant , elle était une sainte, une sage et une érudite – pouvons-nous s’il vous plaît faire de cet héritage l’essentiel de notre discours autour de cette femme incroyable?

Le prophète et Aicha , une histoire d’amour

Si vous voulez lire l’histoire d’amour parfaite, je vous recommande de ne pas lire « Roméo et Juliette » mais de lire l’histoire de Muhammad et Aisha, par les paroles mêmes d’Aisha expliquant à quel point cette relation était belle entre elle et le Prophète Muhammad (paix soit sur lui).

Le prophète était un mari aimant. Aisha a parlé des moments où elle appréciait les repas avec lui. Il appréciait ses repas uniquement lorsqu’elle était assise à côté de lui. Ils ont bu dans une tasse et il a regardé où elle plaçait ses lèvres pour qu’il puisse placer ses lèvres sur la même zone. Il a mangé d’un os après qu’elle ait mangé et a placé sa bouche là où elle avait mangé. Elle a également dit qu’il avait placé des morceaux de nourriture dans sa bouche et qu’elle ferait de même.
«Aisha et le Prophète utiliseraient un langage codé indiquant leur amour. Elle a demandé au Prophète comment il décrirait son amour pour elle. Le prophète Mahomet a répondu en disant: « Comme un nœud solide. » En d’autres termes, Plus vous tirez, plus cela devient fort,

De temps en temps, Aisha demandait de manière ludique: «Comment est le nœud?» Le Prophète répondait: «Aussi fort que le premier jour (vous avez demandé).»

Lorsqu’on lui a demandé: «Qu’est-ce que le prophète faisait dans sa maison?» Elle a répondu: « Il se tenait occupé à servir sa famille. » Quand l’un de ses compagnons lui a demandé «Quelle est la personne que tu aimes le plus ? » il a répondu instantanément «Aisha».

Avant sa mort, les toutes dernières paroles du prophète Mahomet à ses compagnons étaient: «Traitez les femmes avec douceur ! Elles sont vos partenaires et vos soutiens engagés… Vous les avez prises comme un dépôt de Dieu et leur plaisir vous est licite par une permission de Dieu. Soyez donc pieux en ce qui concerne les femmes, et veillez à leur vouloir du bien».

Aicha : quelle femme !

Vidéo : ‘AÎCHA ÉPOUSE DU PROPHÈTE, QUELLE FEMME ! par Pr. Rachid Eljay

Le rôle des prophètes est d’apporter le message de Dieu aux humains. Muhammad sws avait besoin de quelqu’un pour noter son enseignement et l’aider à propager le message de l’Islam. Aisha fut reconnue dès son jeune âge pour sa mémoire extraordinaire à un tel point qu’elle attira l’attention du prophète. Ainsi, Muhammad sws l’épousa à un jeune âge et fit son éducation. Elle passait la plupart de son temps à étudier et à mémoriser la révélation. Son savoir fut crucial à la propagation de l’Islam. Elle fut une des femmes les plus instruites, beaucoup plus que les hommes de l’époque. étant donné sa proximité du prophète, elle fut une des rares personnes à rapporter plus de 2000 traditions . 

Al-Zuhri a déclaré: Si les connaissances d’Aisha avaient été comparée avec celles de toutes les femmes, les connaissances d’Aisha aurait été meilleures [Adahabi].

De plus, Dieu l’a dotée d’intelligence, de discernement et de rapidité de mémorisation.

  • Ibn Katheer a dit: « Il n’y avait rien de tel dans les nations qu’Aisha dans sa mémorisation, sa connaissance, son éloquence et sa raison. »
  • Imam eddahbi la décrit comme : « La plus savantes des femmes de cette oumma , je ne connais dans la oumma de Mohammed ou parmi les femmes une femme aussi savante qu’elle. »
  • Abu Omar bin Abd al-Barr a déclaré: « Aisha était unique en son temps dans trois sciences: la science de la jurisprudence et la science de la médecine. Et la poésie \ « .
  • Elle vécut près de 50 ans après la mort de Muhammad sws et ses connaissances furent indispensables et appréciées de tous. D’ailleurs les compagnons du prophète venaient souvent la voir lorsqu’ils avaient des doutes sur un sujet donné. Abu Musa Al-Ashari dit un jour : Si nous, compagnons du messager de Dieu, avions des difficultés concernant un sujet donné, nous demandions l’aide d’Aisha.
  • Abu Musa al-Ashari dit dans une autre tradition :Jamais Aisha ne nous a mal informé sur la solution à un problème sur lequel nous avions des doutes. (Sirat-I-Aisha, sous l’autorité de Trimidhi, P. 163)
  • Urwah bin Az-Zubair dit à son sujet : »Je n’ais jamais trouvé quelqu’un d’aussi versée (qu’Aisha) dans la connaissance du Coran, du licite, de l’illicite, de la généalogie (Ilmul-Ansab) et de la poésie arabe« . C’est pourquoi même les compagnons les plus sages consultaient Aisha pour résoudre des sujets complexes. (Jala-ul-Afham par Ibn Qaiyem et Ibn Sa’ad, Vol.2, P.26)
  • Aisha fut une grande enseignante et oratrice. Les hommes et le femmes de l’époque venaient de partout pour l’entendre. Elle fut décrite par Al-Ahnaf dans des termes élogieux :J’ai entendu, jusqu’à ce jour, des discours d’Abu Bakr, d’Umar, d’Uthman et d’Ali et des califes (Khulafa), mais je n’ai jamais entendu de discours aussi persuasifs et aussi beaux que ceux qui sortent de la bouche d’Aïcha.

Le mariage d’Aïcha au prophète n’était pas le fruit du hasard. C’était destiné ainsi. Et Dieu est le parfait connaisseur.

Est-ce que Aicha avait plutôt 18 ans

Suite a cette attaque contre le prophète sur le sujet de Aicha, certains ont essayé de trouver des failles dans le hadith plutôt que de comprendre le contexte historique de ce sujet. À ces personnes on répond qu’on ne rejette pas une parole dans les livres les plus authentiques de l’islam car on en a honte, mais on doit comprendre le contexte et répondre aux allegations avec logique et certitude, une réponse détaillée au sujet de la validité de ces hadiths concernant l’age de Aicha sur le site islamweb .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer